En raison de la pandémie de COVID-19 qui touche le monde entier, l’industrie événementielle est en pause afin d’éviter les grands rassemblements et limiter la propagation du virus. 

Toutefois, les gens veulent que les concerts reviennent, mais en cette situation de crise sanitaire, ces événements rapprochés de grande envergure peuvent faciliter la propagation de la COVID-19. 

Certaines solutions créatives ont déjà vu le jour pour faire revivre l’art de la scène, telles que les évènements live drive-in et les concepts « rave in a box »

Et maintenant, les états fédéraux allemands de Saxe et Saxe-Anhalt financent une expérience pour mesurer l’efficacité des concerts à distanciation sociale. 

La recherche commencera par un événement expérimental organisé dans un stade couvert de la ville de Leipzig le 22 août qui mettra en vedette un artiste allemand populaire, Tim Bendzko.  

Les 4 000 participants, âgés de 18 à 50 ans, porteront des dispositifs de « traceur de contact » de la taille d’une allumette sur des chaînes autour du cou qui transmettent un signal à cinq secondes d’intervalle et collectent des données sur les mouvements de chaque personne et sa proximité avec les autres membres du public.

De plus, un désinfectant fluorescent pour les mains sera distribué à tous les participants afin de permettre aux chercheurs d’identifier les surfaces les plus susceptibles d’être contaminées et ainsi pouvoir ajuster les comportements pour minimiser la propagation de la maladie. 

Une combinaison de modèles générés par ordinateur, de machines à brouillard et d’aérosols permettra également de tester la façon dont le virus pourrait se propager dans l’air.

Dans la première étape de l’expérience, les 4 000 participants entreront dans la salle et assisteront au concert comme d’habitude.

Au cours de la deuxième étape, les participants passeront par l’une des huit entrées différentes pour diminuer le temps passé à proximité des autres. 

Enfin, lors de la troisième et dernière étape, la capacité sera réduite de 4 000 à 2 000 et des mesures strictes de distanciation sociale seront appliquées. 

À toutes les étapes de l’expérience, les participants devront effectuer un test de dépistage à la COVID-19 48 heures avant l’événement, en plus de devoir porter un couvre-visage en tout temps. 

L’un des organisateurs de l’expérience de recherche, Stefan Moritz, a discuté de l’objectif de la procédure à The Guardian :

 « Nous essayons de savoir s’il pourrait y avoir une voie intermédiaire entre l’ancienne et la nouvelle normalité qui permettrait aux organisateurs de placer suffisamment de personnes dans une salle de concert sans faire de perte. »

Alors que l’industrie de la musique continue de faire face à des conflits économiques en raison de la pandémie de COVID-19, les résultats de cette expérience pourraient potentiellement être un motif d’optimisme.

Les résultats devraient être publiés au plus tard en octobre 2020.

Un dossier à suivre. 

Juliette Poireau 

Sources : Dancing Astronaut / The Guardian